Artistes alpha

Al Andaluz Project (1) Al Foul (1) Alice Cooper (1) Alice In Chains (1) Amesha Spenta (1) Anathema (1) Aratta Rebirth (1) Artús (1) Atrox (1) Baïkonour (1) Barbara Dane (1) Birtha (1) Black Flower (1) Bloodrock (1) Bob Seger (1) Briqueville (1) Broken Note (1) Carla Bley (1) Cee Cee James (1) Circle (1) Cocanah (1) Dafné Kritharas (1) Djal (1) Eden Rose (1) Endless Boogie (2) Esbjörn Svensson Trio (1) Fantômas (1) Faun (1) First Aid Kit (1) Flook (2) Freak Guitar (1) Free (1) Funk Factory (1) Gold (1) Gov't Mule (1) Harmonium (1) Hypnos 69 (1) Irfan (1) Jambinai (1) Jedbalak (1) Juana Molina (1) Kadda Cherif Hadria (1) Kila (1) Killing Joke (1) Kravetz (1) Kvelertak (2) L'Enfance rouge (1) L'Ham de Foc (1) Laboratorium Pieśni (2) Landberk (1) Lazarus (1) Liquid Sound Company (1) Lokomotive Kreuzberg (1) Magnus Öström (1) Marta Ren & The Groovelvets (1) Melvins (1) Mierlița (1) Mimetic (1) minimal Bogart (1) Ministry (1) Mohama Saz (1) Mr. Bungle (1) Newen Afrobeat (1) No One Is Innocent (1) One Shot (1) Orange Blossom (1) Ozric Tentacles (1) Page (1) Plant (1) Pryapisme (1) Qntal (1) Rainer (1) Rory Gallagher (1) Rufus Cappadocia (1) Sabir (1) Sarakina (1) Sheikh Ahmad Al-Tûni (1) Sin (1) Stabbing Westward (1) Stellamara (1) Steve Swallow (1) Stone The Crows (1) Tal Wilkenfeld (1) Tamikrest (1) Taste (1) The Day After The Sabbath (1) The J. Geils Band (1) The Jim Jones Revue (1) The Turbans (1) The Young Gods (1) Thee Michelle Gun Elephant (1) Tigran Hamasyan (3) Topette!! (1) Trunks (1) Vuneny (1) Wardruna (1) Wynton Marsalis (1) Xanerge (1) Youn Sun Nah (1) Zakarrias (1) Zmiya (1)

Auteurs alpha

Andrevon (1) Atkinson (1) Banks (1) Bellamy (1) Belotti (1) Brunner (1) Butler (2) Damasio (2) Delmeulle (2) Dufour (1) Egan (2) Ertzscheid (1) Flynn (1) Fry (1) Gentle (1) Hawkins (1) Jaworski (2) Kay (1) Liu (3) McIntyre (1) Montero (1) Moorcock (1) Morrow (1) O'Donnell (1) Priest (2) Roosevelt (1) Sheffield (1) Sinisalo (2) Strougatski (1) Tchaikovsky (1) Vonarburg (2) Watts (1) Wilson (4)

jeudi 20 juin 2013

Wardruna

Wardruna : Runaljod - Gap Var Ginnunga
(2009 - Indie Recordings)

Gaahl et Kvitrafn, deux membres du groupe norvégien Gorgoroth, (1) délaissent leurs premières amours pour se tourner vers un univers bien différent : celui des Vikings.
Sans que cela soit exclusif, le groupe use principalement d'instruments primitifs (2) et chante dans sa langue natale, les musiciens parvenant à recréer un climat et une musique bien particulière que l'auditeur peut aisément croire venus du fond des âges bien qu'immédiatement séduisante, même pour une oreille peu habituée aux sonorités anciennes. (3)
Premier album de la trilogie Runaljod, (4) Gap Var Ginnunga s'appuie sur le thème des runes et plus précisément des 24 qui composent le vieux futhark, la plus ancienne forme d'alphabet runique, (5) le groupe ayant visiblement besoin d'étirer le cadre d'une musique qui, à mon sens, se suffisait à elle-même.
Assez sombre mais se voulant plus proche d'un univers naturel que des ambiances brutales communément associées aux Vikings, ce premier album est une véritable réussite qui prouve une fois de plus qu'il est bon, parfois, de changer la corde de son arc. (6)
Quelques exemples : Ár var alda, Hagal, Bjarkan, Jara.

Musiciens :
- Lindy Fay Hella : chant
- Gaahl : chant
- Hallvard Kleiveland : violon Hardanger (7)
- Kvitrafn : chant et tous autres instruments et sons (8)

(1) Groupe de black metal n’offrant pas plus d'intérêt que quelques centaines d'autres du même acabit puisqu'il propose une musique formatée et sans surprise dans un emballage tout de noir, de cuir et de clous, de maquillages et de postures se voulant effrayantes et de décors scéniques sanglants empruntant aux thématiques chrétiennes à l'attention d'un public plus féru de décorum que de musique (avis personnel !).
(2) Lyre norvégienne, percussions, harpe viking, guimbarde, cornes et trompes, bien souvent utilisées dans la nature afin d'en capter les sons et les ambiances.
(3) Mais qui semble néanmoins plus authentique que la musique de l'excellent Dead Can Dance, pour prendre un exemple parlant à beaucoup.
(4) Le second, Yggdrasil, est sorti cette année et, après une première écoute, semble offrir une musique similaire mais plus ample, (peut être) moins frustre.
(5) Plus de détails ici pour ceux que ça passionne.
(6) Comme, par exemple, Anathema, dans un tout autre genre, avait su le faire.
(7) Le violon Hardanger est un violon norvégien. Plus de détails ici.
(8) Également compositeur, preneur de son, arrangeur, ingénieur du son et mixeur pour cet album. (!)

mercredi 12 juin 2013

L'Essence de l'art

Iain M. Banks : L'Essence de l'art
The State Of The Art (1991)
éd. Le Livre de Poche, 2013
trad. Sonia Quémener, couv. Victor Habbick

La Culture...
Une vaste civilisation galactique, anarchique, protéiforme, pacifique.
Elle nous observe à travers les yeux électroniques d'Arbitraire, une vaisseau géant en proie à un grave dilemme tandis que nous, pauvres humains, détruisons notre planète.
Doit-il intervenir, et provoquer un bouleversement qui pourrait s'avérer le plus terrible des remèdes ?
Ou laisser faire ?
En d'autres termes : notre civilisation mérite-t-elle d'être sauvée, et à quel prix ?
Mais se frotter à la barbarie humaine peut s'avérer plus fascinant qu'on ne l'imagine...
N'y a-t-il pas ici un risque pour la Culture elle-même ?
L'Essence de l'art réunit huit nouvelles dont la plupart relèvent du cycle de La Culture.
L'Essence de l'art, unique recueil regroupant huit textes, semble montrer que l'auteur est moins à l'aise dans la forme courte et laisse le lecteur sur une impression assez décevante de l'ensemble.
Néanmoins, avec la longue nouvelle qui donne son titre au recueil, il confirme largement et avec autant de brio que dans ses romans qu'il a des choses à dire et qu'il compte parmi les auteurs les plus intéressants du genre. (1) Avec ce texte qui se rattache au brillant et maintenant assez connu cycle de La Culture, (2) Banks s'interroge sur la nécessité d'intégrer la Terre à cette  civilisation de La Culture. Une occasion de plus de peser les conséquences des actes d'une civilisation expansive (si bien intentionnée soit-elle) sans oublier de poser un regard aussi sombre et sévère que plein d'humour sur ceux qu'elle envisage peut-être d'intégrer.
Jusqu'ici persuadé que L'Homme des jeux, roman à mon sens  le plus accessible du cycle, était la porte d'entrée idéale de ce dernier, je pense à présent que ce recueil peut jouer ce rôle. Non seulement pour la nouvelle-titre mais aussi pour le texte d'Arkady Knight, en introduction d'ouvrage, qui revient sur chaque pièce de l'œuvre et décrypte les intentions de l'auteur de manière précise et très éclairante.
De décevant, L'Essence de l'art devient incontournable et, à mon sens, la première chose à lire pour ceux qui voudraient se lancer dans ce cycle aussi indispensable qu'exaltant.
(3)

(1) Pour autant, Iain M. Banks n'a pas uniquement écrit de la SF puisqu'il est également l'auteur d'autant de romans qui n'en relèvent pas et dans lesquels il affiche un engagement politique tout aussi fort (pour ce que j'en sais sans les avoir lus, pardon).

(2) Dont L'Homme des jeux, L'Usage des armes, Une Forme de guerre, Excession, Inversions, Le Sens du vent et Trames (ainsi que La Sonate hydrogène qui doit paraître en octobre au Livre de Poche).
(3) Iain M. Banks nous a malheureusement quittés en ce mois de juin. Je vais maintenant remplir de nouveau mon verre en guise de salut à ce Grand Homme et noyer ma profonde tristesse.

jeudi 6 juin 2013

Cee Cee James

Cee Cee James : Low Down Where The Snakes Crawl
(2010 - Fwg Records)

Originaire de Portland, Cee Cee James a commencé très tôt à faire de la musique (1) et, après une première vie rythmée par les galères (2) et les concerts de blues et de rock, (3) elle sort ce premier album de blues, (4) genre pour lequel sa voix semble faite.
Sans pour autant la copier, Low Down The Snakes Crawl rappelle bien souvent la musique de Janis Joplin, principalement pour les similitudes que présentent la voix des deux chanteuses. Bien qu'assez classique, la musique du groupe a sa propre personnalité et les nombreuses années passées sur les routes pour jouer live s'entendent distinctement au travers d'une très grande maîtrise et d'une apparente simplicité pleine de richesse.
Exercice de style impeccable, Low Down The Snakes Crawl vaut le détour pour peu qu'on aime le blues.
Quelques exemples (4) : Black Raven, Done Love Wrong.

Musiciens :
- Rob Andrews : guitare
- Jim Klinger : batterie
- Cee Cee James : percussions, chant
- John Senchuk : basse
- Art Neubaer : guitare

(1) Elle monte un groupe et donne un concert à l'âge de 12 ans.
(2) Et pas des petites...
(3) Ainsi qu'un premier album, Spiritually Wet, dans un tout autre registre puisqu'il s'agit de funk (et à mon sens  bien moins convaincant même si on y retrouve sa voix).
(4) Il existe un autre album studio (Blood Red Blues, 2012) ainsi qu'un live (Seriously Raw, 2010).